Ouest France logo_edited.jpg

ViVi : La future station est-elle d'utilité publique?

"Il y a quelques semaines, Pascale Trédaniel a contracté ViVi pour expliquer son opposition, ainsi que celle d’autres riverains, au projet de nouvelle station-service Total qui doit voir le jour prochainement sur la commune."

"Il y a quelques semaines, Pascale Trédaniel a contracté ViVi pour expliquer son opposition, ainsi que celle d’autres riverains, au projet de nouvelle station-service Total qui doit voir le jour prochainement sur la commune."


L’emplacement réservé sur le PLUI pour le déplacement de la station Total date d'il y a 20 ans, en lien avec le projet des travaux d'agrandissement à 2x3 voies de la RN165 (axe Nantes/Vannes).


On pensait que le projet était enterré », explique Pascale, « car il était lié au projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes ». Selon elle, l’aire déjà existante non loin aurait dû être réaménagée, permettant « d’éviter de sacrifier les 6 ha de terrain agricole qui correspondent à l’emprise du futur nouveau projet ».

En réalité, Total a obtenu l’attribution de la concession et le permis de construire a bel et bien été accordé par le Préfet le 22 octobre 2020. Pas question pour la firme donc, de réaménager la station déjà existante, qui n’est selon elle plus aux normes.


Lorsqu’elle a aperçu le panneau du permis de construire à cette période, Pascale a enclenché de nombreux courriers recommandés : à la mairie de Vigneux, à la Préfecture, à Total « qui n’a jamais répondu à aucun de nos courriers », précise-t-elle, et à la DIRO (Direction Interdépartementale des Routes Ouest). Mais rien n’y a fait, et Pascale concède avec un brin d’amertume, qu’il était difficile pour des particuliers d’attaquer le permis de construire.


Cette amoureuse de la nature, porte-parole d’un voisinage désormais préoccupé, s’interroge sur les conséquences d’un tel projet sur l’environnement direct : les arbres, la petite faune, et les cours d’eau, menacés selon Pascale par les rejets d’hydrocarbures : « ce sont des zones humides, et une partie a même été déclassée pour que la station puisse être déclarée d'utilité publique… Des arbres vont tomber, des animaux vont être sacrifiés », s’insurge-elle, avant d’ajouter : « ce projet va à l’encontre de ce qu’on nous demande aujourd’hui en matière d’écologie ».


Du côté de la mairie de Vigneux, que nous avons interrogée, il est précisé que « Le projet de la station-service a été déposé par la Société Total qui a obtenu l’attribution de la concession. Le permis a été accordé par le Préfet le 22/10/2020, c'est donc une décision de l’État. » Sollicitée, Gwënola Franco, maire de la commune, nous a expliqué : « La Mairie a reçu quelques réclamations de la part des riverains et notamment de M. et Mme Trédaniel et a alors demandé à la DIRO et la Société Total d’organiser une rencontre pour présenter le projet aux riverains demandeurs. Mais la mise en place de cette réunion a été perturbée par la

Covid. Le courrier de M. Trédaniel est arrivé le 10/12/2020 en Mairie, qui a transmis à la DIRO pour qu’une réponse soit apportée. La Mairie a tout de même pris soin, en parallèle, de répondre à M. et Mme Trédaniel le 17/12/2020. »


Malgré tout, comme nous l’a expliqué Pascale Trédaniel, aucune réponse ne lui a été apportée par la DIRO, si bien que « le 17/08/21, M et Mme Trédaniel, sans nouvelles des services de l’État, ont adressé un nouveau courrier à la Mairie », explique Gwënola Franco. « La Mairie a répondu le 20/09/21 en expliquant qu'elle relançait à nouveau la DIRO chargée du dossier.


Après d'autres échanges entre la mairie et les plaignants, la mairie a de nouveau relancé la DIRO le 5/11/21, et un courrier a enfin été adressé par la DIRO le 8/11/21 à M et Mme Tredaniel.

Aujourd’hui pourtant, Pascale semble un brin résignée, car il y a peu de chances que le projet n’aboutisse plus : « On essaie de garder espoir… On sait qu’il est maigre. On espère que dans les élus, à la DIRO, quelqu’un sera un peu sensible à l’écologie. On ne comprend pas, à notre niveau, comment cette nouvelle station a pu être déclarée d’utilité publique… »


Avec son accord, voici les coordonnées de Pascale Trédaniel pour ceux des Vignolais qui souhaiteraient échanger avec elle : courrier.tre@gmail.com

Galerie